Eupatoire perfoliée


Eupatorium perfoliatum L.
Famille botanique

Asteraceae
Description et habitat

Plante vivace, pubescente, robuste racine horizontale, feuilles en forme de lancette à bout pointu, à base large et à bords en dents de scie, opposées, se rejoignant à la base. La tige semble les trouer tige de 1-2 m de longueur, connées-perfoliées, divariquées ; capitules (longueur 4-6 mm) blancs, 10-16-flores
Floraison estivale. Lieux humides, brûlés, rivages
Ressemble à Eupatorium cannabinum, mais originaire d'Amérique du Nord, Québec, et l'une des espèces caractéristiques de la zone intercotidale des grèves estuariennes du Saint-Laurent.
Histoire et tradition

C'est l'une des plantes les plus employées dans la médecine populaire américaine, au moins aux États-Unis, ainsi qu'en font foi les noms de Boneset, Ague-weed, Feverwort.
On l'a aussi préconisée comme antidote du poison de la carotte à Moreau (Cicuta maculata). Dans certaines parties du Québec (Saint-Hyacinthe, etc.), on nomme cette eupatoire : herbe à souder, probablement une transformation de : herbe soudée, à cause des feuilles connées
Les Mesquakles l'appelle iskipwalishi mamit-cakanakesiti (racine de patate douce avec des herbes avec des fleurs autour) ou encore manitow-uiskw (plante à serpent) et s'en servent contre les morsures de serpent (plante alexitère : préconisée contre les morsures de serpent)
Parties utilisées

Partie aérienne
Formes galéniques disponibles

Teinture-mère d’Eupatorium cannabinum plante entière
Teinture-mère d'Eupatorium perfoliatum partie aérienne
Dosages usuels

Drogue sèche (parties aériennes): 1 à 2 g de poudre ou en infusion
Extrait fluide 1 : 1 (25 % d'alcool) 1-2 ml par jour
Teinture (1 : 5 dans 45 % d'alcool) 1- 4 ml par jour

Espèce : Eupatoire
Famille :
Nom latin : eupatorium perfoliatum l.
Lot indicatif : 20 graines



Eupatoire perfoliée




Gallerie