Description de l'espèce


Nom commun : Mélèze d'Europe
Nom binominal : Larix Decidua
Genre : Larix
Famille : Pinaceae

Le mélèze d’Europe, Larix decidua, commun dans nos forêts de montagne, entre 1 200 m et 2 400 m d’altitude, est le plus connu dans notre pays. Ce grand arbre à aiguilles caduques pousse assez rapidement les 20 premières années (environ 4 m en 5 ans et 18 à 20 m en 20 ans), plus lentement ensuite. Il peut atteindre 30 à 40 m une fois adulte et vivre plusieurs centaines d’années (jusqu’à 600 ans !).
Son port régulier est généralement conique, assez étroit, avec un long tronc droit et une cime conique ou légèrement aplatie lorsqu’il est âgé. Ses branches sont horizontales vers le bas et ascendantes vers la cime. Elles portent de fins rameaux retombants. L’écorce du tronc, brun rougeâtre, d’abord lisse se fend ensuite en plaques lorsqu’elle s’épaissit.
Son feuillage assez léger est formé de bouquets de 30 à 40 aiguilles insérés le long des rameaux et de couleur vert clair au printemps. Elles ne sont pas piquantes au toucher. En automne, elles prennent une jolie teinte jaune lumineux.
Il fleurit en avril-mai avec des fleurs femelles jaunes pendantes et des fleurs mâles rouge pourpre dressées et décoratives.
Les fruits sont de petits cônes ovoïdes de 3 à 4 cm, bruns munis d’écailles fines et pointues, et qui mûrissent la même année. Les graines luisantes et brunes qui s’en échappent à maturité sont pourvues d’une aile.
Note : le mélèze a un système racinaire profond et très développé qui le fixe solidement au sol. Il a donc besoin d’un sol profond pour pouvoir s’y installer complètement.
Outre son usage décoratif en culture libre ou sous forme de haie dans un jardin, les mélèzes ont toujours été utilisés, surtout en montagne, pour leur bois aux qualités particulières. Imputrescible et dur, il a de multiples usages dans les constructions (bardeaux, poutres, charpentes, planchers…) ainsi qu’en menuiserie-ébénisterie (meubles, portes, fenêtres…), la confection de divers ustensiles agricoles (abreuvoirs, fontaines, canalisations, poteaux, piquets…). Son bois est également exploité traditionnellement sur place comme bois de chauffage.
De ses aiguilles et de son écorce, on extrait sa résine appelée « térébenthine de Venise » ou « manne de Briançon » lorsqu’elle est solidifiée. Celles-ci ont un usage médicinal traditionnel pour combattre entre autres les infections pulmonaires ou urinaires. Un autre effet rubéfiant est employé en usage externe pour soulager les rhumatismes ou certaines névralgies.

Reproduction des semences


Opérer sous châssis froid en fin d'automne avec des graines venant d'être récoltées ou au printemps avec des graines ayant été vernalisées (soumises à l'action du froid) 3 mois environ.
Semer sous châssis froid soit en pleine terre soit en godets dans une caissette avec une seule graine par godet. Espacer les graines de 10 cm environ pour pouvoir repiquer les plants sans les abîmer.

    

Liste des variétés


  • -


0 variété