Les conseils de base pour faire ses semences


Les conseils de base pour faire ses semences

Vous trouverez dans les livres, auprès de votre entourage ou sur internet des milliers de conseils répondant à vos questions. Nous ne tenterons donc pas ici d'en livrer tous les secrets, et nous nous limiterons à ces quelques conseils de base.
Ne vous en faîtes pas, c'est facile et très satisfaisant ! Il suffit de prendre de simples précautions.

1. La sélection

Il s'agit de sélectionner parmi tous vos plants votre porte-graine, idéalement plusieurs, en prenant comme critère principal la parfaite santé, et en observant les caractéristiques attendues (goût, précocité, résistance, etc..).
Attention aux croisements : certaines variétés se croisent très facilement avec d'autres, parfois à plusieurs kilomètres de distance. Les caractéristiques de ces variétés pourront alors beaucoup varier de celle d'origine si l'on ne prend pas de précautions. C'est le cas notamment des cucurbitacées (Courges, melons, etc..).
Au fil des saisons, les plantes s'habitueront par sélection naturelle à votre environnement, et ainsi "s'aclimateront". En effet, par votre sélection et vos critères, vous allez "selectionner" les variétés qui se seront les mieux adaptées à votre environnement, celles qui vous auront satisfaites.
Attention aux semences hybrides F1 et à leurs descendances, plus que courantes aujourd'hui à la vente, qui ne transmettent aucune fiabilité, aucun critère stable. Ne comptez pas non plus sur la récupération de graines de légumes même de vos maraîchers bio, qui sont trop souvent obligé de recourir aux hybrides. Elles ne trouveront donc pas leur place dans nos échanges dont l'objet est précisément de partager des semences fertiles. Préférez un soutien aux semenciers engagés qui vous assureront des semences de qualité.

2. La récolte

Les graines sont généralement bonnes à récolter lorsque les fruits sont à pleine maturité. Procéder toujours par temps sec. Surveiller la météo.. Si l'humidité est trop forte, vos graines risquent de ne jamais sécher, voire de germer avant la saison prochaine..

3. La conservation

Comme c'est l'humidité qui provoque la germination, le plus important est de les garder au sec. On les stocke idéalement dans une simple enveloppe de papier, en préférant le kraft au papier "blanc". Il faut se méfier des contenants ou des meubles susceptibles de contenir des produits chimiques (formols) qui risquent de stériliser vos graines. Quelques jours au congélateur permettent d'éliminer quelques intrus, insectes, ou maladies. Attention, lorsque vous utilisez cette méthode, de ne pas ouvrir le contenant trop prématurément, ce qui provoquerait condensation et donc germination....

4. Identifier

Il est évidement indispensable après tout ce travail de bien identifier vos graines, c'est donc le moment d'inscrire la variété, leur date de récolte, et leur origine. La date permet de savoir où vous en êtes de la durée germinative. Les graines ne sont pas éternelles et loin d'être égales sur ce critère. Les plus persévérants iront jusqu'à faire un test de germination afin d'évaluer la fertilité des graines.

5. Place aux échanges !

Lorsque vos semences sont prêtent pour attendre la saison prochaine, vous pouvez aussi les échanger dans les trocs locaux ou sur votre site internet favori. Vous profiterez sans mal de la biodiversité et de la générosité qu'offrent ces moments. La aussi assurez vous de précautions minimums : - une bonne identification de vos graines, - une pollinisation adapté et maîtrisé, - un envoi soigneux qui survivra aux dures mécaniques de la poste.

Apprendre le cycle complet de la graine à la graine, c'est l'occasion d'approfondir notre connaissance des plantes et du jardin. Petit à petit, nous maîtrisons mieux les besoins des plantes. Et par exemple nous limitons le recours aux traitements, ainsi qu'au porte-monnaie.
Pour aller plus loin, une sélection de livres ici.

14562