Nos démarches à la TV


 

L'association Graines de troc a débuté en avril 2013 par la création d'un site internet servant de plateforme d'échanges de graines. L'inspiration de Sébastien Wittevert est qu'internet est un outil idéal pour le "faire ensemble", de manière locale comme globale. 
Le système d'échanges permet diverses façons d'agir pour la biodiversité en rendant vivantes les questions de la réappropriation des semences. Ainsi naissent de petits conservatoires locaux . Via le site internet, lorsque vous envoyez par courrier une graine à quelqu'un, vous recevez un "jeton" qui vous permet ensuite de choisir une graine dans l'ensemble des variétés disponibles. Aujourd'hui les échanges sont gratuits mais facilités par cette monnaie complémentaire. 

Un programme de sensibilisation sur la biodiversité a été mené depuis deux ans auprès d'enfants de la région rochelaise. Des graines de 200 variétés de tomates différentes on été semées par près de 300 enfants dans plus de 10 écoles. Chaque enfant a ensuite prit un pied avec pour mission de récupérer à son tour quelques graines. C'est une démarche de la graine à la graine pour échanger et semer à nouveau.  
Un accompagnement dans des projets jardin a été demandé et aujourd'hui 19 écoles ont accueilli de petits poulaillers, des chèvres, les tomates et un jardin pour faire une "petite ferme". L'association souhaite ainsi faire naître des graines au sens propre comme au sens figuré.

Graines de troc a initié également les Grainothèques de "Semences à Partager. Prenez, déposez les graines qui vous plaisent", en lien avec le mouvement des Incroyables Comestibles pour la "Nourriture à Partager". Aujourd'hui, après une première boîte en carton implantée dans un restaurant, des librairies puis des médiathèques leur ont fait une place jusque dans leurs rayon jardinage. Une centaine de grainothèques sont désormais nées en France.

De jardin en jardin, de ville en ville, de nombreuses personnes retrouvent des semences particulières qui vont aller fleurir les bacs des Incroyables comestibles, les jardins des écoles et les potagers particuliers. En plus de redonner une âme aux graines par l'identification de leur provenance, le partage de ces graines non-hybrides est une manière sûre de pouvoir faire pousser une variété que l'on apprécie d'année en année. En effet, les semences hybrides F1 sont programmées pour ne donner que sur une année de production.

silence ça pousse

Noëlle et Stéphane nous ont invité à présenter la plateforme et l'association..
Super rencontre, l'estomac dans les chaussettes pour notre premier passage TV !

Passages
mercredi 15 avril - 21h35 sur France5
samedi 18 avril - 7h55 sur France5
dimanche 26 mai - 7h55 sur France5

notre chaine youtube

 

 

 

 

 

 

12791